Donation

Du 30 septembre au 14 octobre 2019, l’équipe de la Fondation Octopus a apporté son soutien à l’archéologue Fabien Langenegger de l’OPAN. Pas moins de 11 plongeurs ont ainsi travaillé sans relâche pour désensabler puis étudier une épave du 16ème siècle dans le lac de Neuchâtel (Suisse).

 

Cette fois-ci, la météo nous a forcé au repos pendant environ 5 jours complets. Mais les périodes de calmes ont été particulièrement productives, grâce à l’utilisation d’une barge de travail extrêmement pratique et fonctionnelle. Un puissant aspirateur de sédiment a d’abord dû être apprivoisé afin de ne pas endommager les vestiges.

Sous 40cm de sable et vase se trouve l’intégralité d’un bateau qui a pu être daté à 1576 grâce à la dendrochronologie, la datation de pièces de bois.

Cette période a pu être corroborée par une pièce en argent contemporaine trouvée entre les membrures de l’épave, ainsi qu’une mention sur une carte navale du 17ème siècle.

Il semblerait que cette épave ait été délibérément coulée à cet endroit précis. Le chargement devait faire office de structure fondatrice à l’édifice d’une balise marquant l’embouchure de l’ancienne Thièle, le cours d’eau qui reliait entre eux le lac de Neuchâtel et celui de Bienne.

Après deux semaines de fouilles, l’équipe de la Fondation Octopus a pu réaliser un impressionnant ortophotoplan de l’épave complètement désensablée, obtenu grâce à une photogrammétrie composée de plus de 700 clichés de très haute résolution.

Cet outil scientifique sert désormais de base d’étude, aux côtés des prélèvement et autres dessins faits lors des fouilles, pour les archéologues qui désirent retourner sur les lieux pour répondre à d’éventuelles questions futures. Afin de préserver les vestiges du mieux possible, l’épave a été intégralement recouverte de sable à la fin de la mission. En effet, le bois exposé ne résisterait pas longtemps à l’assaut des tempêtes, de la lumière, de l’oxygène et des bactéries.

Cette expédition couronnée de succès est la deuxième dans une liste de trois épave à étudier. Nous nous souviendrons particulièrement de la plongée de nuit, qui a permis une série de photos et vidéos spectaculaires.

Les médias tels que L’Illustré et Couleur 3 ont fait le déplacement, et nous les remercions pour avoir offert l’opportunité à leur lecteurs et auditeurs de découvrir ces fouilles archéologiques à deux pas de chez eux. Il n’y a pas forcément besoin d’aller dans des lieux exotiques pour trouver de véritables trésors.

Retrouvez l’intégralité du projet « Épaves en péril du lac de Neuchâtel » ici: https://octopusfoundation.org/project/epaves-peril-lac-neuchatel-latenium/